Théâtre

C’est la rentrée, sortez !

Vous déprimez depuis que vous n’avez plus de grains de sable entre les doigts de pied ? C’est tout à fait compréhensible. Pour vous remettre d’aplomb, et à défaut d’embruns, allez donc humer l’air fluvial du côté d’Orléans à la rencontre des mariniers, ou faites le plein de découvertes théâtrales et musicales au bouillonnant festival 7.8.9. Vous pourrez aussi, au courant de l’automne, aller admirer les somptueux bijoux d’une maison-phare de la joaillerie parisienne, ou bien encore vous bercer les oreilles avec les grands noms actuels du jazz, histoire de vous guérir définitivement de votre nostalgie du cri des mouettes.

HOT HOUSE comédie thriller de Harold Pinter au Théo Théâtre

La Cie La Tanière nous livre une version décalée et loufoque de la pièce Hot House d’Harold Pinter et nous plonge dans l’univers oppressant de l’institution HH5. Harold Pinter s‘est inspiré de la maison de convalescence britannique HH4 qui sévit au début du 20è siècle, encouragée par le ministère à utiliser une approche « innovante » de la psychothérapie : insulinothérapie, lobotomie, malariathérapie et… sismothérapie.

« Premier Amour » au Théâtre de Nesle : un Beckett entre grotesque et poésie

C’est un texte peu connu de Samuel Beckett que Mo Varenne met en scène actuellement au Théâtre de Nesle. Premier Amour est une nouvelle écrite en 1946, bien avant En Attendant Godot et Fin de partie, les pièces qui feront le succès de l’auteur irlandais. Porté par le comédien seul sur scène Pascal Humbert, Premier amour est le portrait parfois déroutant d’un homme errant.