Zermatt-Cervinia, Avoriaz : 2 stations uniques

Opposées de A à Z comme la première lettre de leur nom, Avoriaz et Zermatt-Cervinia se ressemblent sur un point : en France ou en Suisse, elles sont différentes, uniques et ne ressemblent à aucun autre village alpin.

 

2015 : une date anniversaire

 

Une année charnière pour les 2 stations ; mais différemment : 50 ans pour la Française et 2 fois plus pour la Suisse.

Panorama à Avoriaz

Panorama à Avoriaz

 

Avoriaz a été créée entre 1960 et 1965 par 3 architectes dont le plus connu est peut-être Jacques Labro. Surnommée la   » pomme de pin « , la station est facilement reconnaissable par son architecture dite « mimétique » ; ce qui signifie que les bâtis épousent le relief de la montagne. Ronds, ovales, rectangulaires ; les immeubles sont tous recouverts de tavaillons, des tuiles en bois qui constituent traditionnellement les toits savoyards. Avec la hardiesse du climat, les tons des bâtiments ont évolué du marron havane au gris taupe en passant par le blond épi de blé et le roux écureuil. Mais tous se fondent dans les roches omniprésentes.

 

De son côté, Zermatt fête les 150 ans de l’ascension du Cervin par l’anglais Edward Whymper. Inviolable jusqu’en 1865, le Cervin inaccessible nourrissait la superstition des villageois. En juillet, Whymper rejoint d’autres alpinistes anglais arrivés plus tôt que lui et réussit à convaincre 2 guides Taugwalder (un nom encore répandu aujourd’hui parmi les commerçants, professeurs de ski…) pour l’ascension. Sa réussite de la conquête du Matterhorn côté suisse est certes là mais à quel prix ? Dans la mort et la trahison, car Whymper n’a t’il pas éliminé ses « compagnons » de cordée ? Seuls 3 des 7 hommes rejoindront le village à la descente.

Près du Petit Cervin le glacier entre Zermatt et Cervinia

Près du Petit Cervin le glacier entre Zermatt et Cervinia

 

Architecturalement parlant, il reste encore dans le village quelques gros chalets en bois, en fait des étables à bétail ; témoignages très vivants d’un habitat fort ancien remontant au XV et XVI ème siècle. Ces gros mazots sont encore pour certains des bergeries où les moutons passent les mois d’hiver. En pleine piste ou au détour des ruelles longeant la rivière, il n’est pas rare d’être surpris par la chaude odeur de moutons enfermés, mélange indescriptible de suint, de foin coupée et d’urines séchées.

 

Jouer au pied du Matterhorn (Cervin)

Jouer au pied du Matterhorn (Cervin)

 

Un village piétonnier

 

A 1800 m Avoriaz est une station qui a été créée de toutes parts sans l’ombre d’un passé. L’implantation s’est faite au vu de champs vierges au pied de falaises schisteuses. Avant- gardiste, la station s’affiche d’emblée sans voiture mais avec des calèches tirées par des rennes. Les chevaux sont vite remplacés par les cervidés du Père Noël.

 

1608 m d’altitude pour Zermatt : une absence totale de voitures, laissant la neige recouvrir les rues ; des transports dominés par des attelages mais aussi des voiturettes électriques. Des Comtois, des Frisons tirant des traineaux à patins précédés par les sons de leurs cloches : il y a dans les deux stations comme un charme indéniable et un air faussement russe de troïkas.

Cette absence de voitures est un atout majeur : Zermatt est en bout de la vallée et Avoriaz comme posée sur un nid de rapaces sur une falaise rocheuse. Une impression d’ailleurs, de bout du monde flotte dans les deux endroits, là où Megève, station au seul centre piétonnier, reste néanmoins engluée par des noeuds routiers et des voitures au loin. Le seul souci de ce charmant moyen de transport qu’est la calèche : son prix !

 

Ski totalement au pied des immeubles à Avoriaz

Ski totalement au pied des immeubles à Avoriaz

 

Un vaste domaine skiable avec des pistes noires pour skieurs de bon niveau

 

Pas besoin de faire des batailles de kms de pistes de ski ! Les deux stations appartiennent à d’immenses domaines à cheval sur plusieurs lieux : Les Portes du Soleil avec Châtel, les Crosets, Morzine principalement pour Avoriaz et Breuil Cervinia pour Zermatt. Mais l’intérêt pour les skieurs chevronnés réside dans la présence, à côté des grands boulevards pour tous niveaux, de nombreuses pistes noires.

Sur la seule Avoriaz, sans même parler du fameux « mur suisse » jamais damé et terriblement bosselé ; allez jeter un œil vers les Grandes Combes.

A Zermatt, même tableau : depuis 20 ans la station a changé et les rattracks ont bien aplati les pistes ; néanmoins il reste sous la benne montant au Trockener Steg quelques dénivelés intéressants, ainsi qu’à Triftjl et au Stockhorn.

 

Tous renseignements aux offices de tourisme

Avoriaz : 04 50 74 02 11 et www.avoriaz.com

 

Zermatt : + 41 27 966 81 00 et www.zermatt.ch

Du 9 juillet au 29 août, les stations de Zermatt et de Cervinia côté italien célèbreront les 150 ans de l’ascension du Matterhorn par de pièces de théâtre, des illuminations, des feux d’artifice et concerts en plein air, des expositions.

Les enfants rois à Avoriaz, station sans voiture

Les enfants rois à Avoriaz, station sans voiture

 

Cervinia : + 39 0166 94 43 11 et www.cervinia.it

 

-->