Solesmes : chants grégoriens et Grand Hôtel

Solesme-3

10 heures : la bourgade de Solesmes est à peine réveillée. Des rives de la toute proche Sarthe s’élève un brouillard opaque et crème qui occulte les grands bâtiments de l’abbaye de Solesmes. La chapelle est faiblement éclairée et pourtant au-delà de ces pierres multiséculaires des chants graves et sombres emplissent la nef et à l’extérieur on perçoit presque la longue complainte. « Des profondeurs je crie vers toi mon Dieu » : le psaume De Profundis de la Bible prend ici toute son ampleur. Si vous entrez dans l’église, un long cortège d’hommes en chasubles marron foncé s’éparpille et prend place dans les stalles en bois en des gestes immuables depuis des siècles.

 

Que vous soyez croyant ou non, quelle que soit votre religion, entendre ces graves voix masculines est une pure merveille et ne peut laisser indifférent. Ces chants grégoriens très émouvants remuent l’être dans son intérieur apportant une certaine sérénité, comme une plénitude physique, intellectuelle et spirituelle.

La façade de l'hôtel juste en face de l'abbaye

La façade de l’hôtel juste en face de l’abbaye

 

En effet, vous l’aurez peut-être compris, Solesmes est un haut lieu du chant grégorien. Non loin de Sablé sur Sarthe, Geoffroy le Vieux fonde en 1010 un prieuré qui deviendra en 1837 l’abbaye bénédictine Saint Pierre de Solesmes. Ordre contemplatif par excellence, les moines bénédictins fermés au monde extérieur expriment leur spiritualité à travers ces chants répétitifs. Du monde entier on vient écouter les litanies qui se répondent d’une travée à l’autre comme une infinie mélopée. Les laudes, la messe, sexte, none, les vêpres, complies : les rites se poursuivent tous les jours, les mêmes, emplis des mêmes sons longs et profonds. Dans le silence total parfois seulement troublé par un soliste, l’émotion musicale est là pleine et entière.

 

 

Pour écouter ces chants grégoriens, arrêtez-vous au Grand Hôtel de Solesmes situé en face de l’entrée de l’abbaye, non loin de la clôture. Derrière la façade ancienne et le crépi jaune crème typique de la région, le Grand Hôtel dispose d’environ 30 chambres à la décoration contemporaine (pour un calme absolu demandez les chambres donnant sur la mairie et les jardins). L’établissement est la propriété de la famille Jaquet depuis les années 60, famille qui détient aussi le beau Relais et Châteaux de Rochevilaine en Bretagne sud. Mais ce Grand Hôtel de Solesmes est aussi réputé pour la cuisine juste, légère et sans chichis de Didier Serre, le chef qui officie là depuis plus de 10 ans. A 38 € pour 4 plats, le menu est d’un fort bon rapport qualité / prix et il reflète bien sa savoureuse cuisine de marché.

Mille feuille de tourteau

Mille feuille de tourteau

 

 

En entrée et pour prolonger encore un peu l’été, on vous propose une soupe de tomates (façon gaspacho) agrémentée de fines lamelles de magret fumé de canard ou des sardines marinées et relevées par du citron et des oignons confits. Le plat principal donne le choix entre un tronçon de cabillaud et sa ratatouille à la coriandre ou un beau filet de poulet recouvert d’une croûte de pommes de terre ou des côtes d’agneau jus au romarin. Voilà donc une belle cuisine de saison qui sonne simple, mais juste car réussie dans ses cuissons.

 

 

Accompagnés de petits pains maison, le plateau de fromages met en valeur, dans leurs spécialités laitières,  la Normandie et la Touraine principalement. Les desserts témoignent de la dextérité de Didier Serre avec un bien bombé et coulant soufflé au Cointreau ou des barres de fondant au chocolat-praliné rendu croquant par des pignons de pin caramélisés. Pour un contraste des textures, les deux premières (molle-fondante et craquante-sucrée) se complètent d’une troisième liquide en un milk-shake à la vanille.

 

 

Pour accompagner ce repas, privilégiez bien sûr les vins de la Loire avec deux AOC 2011, un Chinon celui de Marc Brédif ou un Bourgueil La Coudraye Y. Amirault, tous les deux à 24 € la bouteille. Si vous préférez le blanc, l’AOC Jasnières de la Sarthe conviendra parfaitement surtout si vous sélectionnez la bouteille de E. Nicolas Les Rosiers ( 45 €) : c’est la meilleure des 3 cuvées proposées.

Turbot aux asperges

Turbot aux asperges

 

 

 

Solesmes : 02 43 95 03 08 (père Hôtelier)

 

 

Le Grand Hôtel de Solesmes

 

16 place Dom Guéranger

 

72300 Solesmes

 

Tél : 02 43 95 45 10

 

-->