Schiele et Basquiat : deux fulgurances expressionnistes à la Fondation Vuitton

 

 

J’ai récemment embarqué dans l’extravagant navire de la Fondation Vuitton, conçu par l’architecte « déconstructiviste » Frank Gehry, pour y découvrir les expositions « Egon Schiele » et « Jean-Michel Basquiat ».

Tempête et forte houle, du rez-de-bassin que se partagent Schiele et Basquiat au niveau 4 consacré à Basquiat, suivies d’une bénéfique accalmie sur la terrasse haute.

 

J’ai été emportée par l’impétuosité des œuvres de ces artistes, tous deux morts à l’âge de 28 ans, l’un en 1918 de la grippe espagnole, l’autre en 1988 d’une overdose.

 

L’expressionnisme d’Egon Schiele éclate dans la Vienne du début du 20ème siècle qui voit s’épanouir l’œuvre de Gustave Klimt, la musique d’Arnold Schoënberg et la psychanalyse de Sigmund Freud. Jean-Michel Basquiat, né à Brooklyn en 1960, crie sa révolte contre le pouvoir blanc dans les rues du Lower East Side de New-York.

 

Vienne 1er quart de siècle, Egon Schiele traite de la sexualité et de la mort dans un contexte étouffant, préfigurateur de bouleversements culturels et politiques. Tout d’abord influencé par le style décoratif Jugendstil proche de l’Art nouveau, de la Sécession viennoise et de Gustav Klimt, Schiele produit une œuvre extrêmement personnelle, en totale rupture avec l’Académie où il est entré à l’âge de seize ans. L’artiste abandonne rapidement la ligne ornementale, se rapproche de l’expressionnisme de Kokoschka et invente son propre langage, tendu, obsessionnel.

New York années 80, d’origine haïtienne et portoricaine, Basquiat se confronte très jeune au racisme, aux violences policières, au pouvoir blanc, à l’absence criante de la « Figure noire » dans les musées new-yorkais. Ses références sont multiples (Antiquité, traditions africaines, actualité afro-américaine, science, musique, boxeurs noirs qu’il érige en héros de la discrimination). Ses supports et ses moyens d’expression (éléments figuratifs et abstraits, planche, objet, collage, graffiti, photocopie, dessin, peinture, liste, schéma, récit) s’entrechoquent, sans limite.

Le point commun entre ces deux artistes : l’expressionisme de la représentation humaine, la tension, l’énergie, l’oppression, le corps et la quête d’identité, l’art en dehors de tout académisme. Allez-y et accrochez-vous au bastingage !

 

FONDATION LOUIS VUITTON

8, Avenue du Mahatma Gandhi
Paris 16è

Tel : + 33 1 40 69 96 00

Réservation en ligne : https://billetterie.fondationlouisvuitton.fr

 

Du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019

Lundi, mercredi, jeudi : de 12h à 19h

Vendredi : 12h à 21h

Samedi, dimanche : 11h à 20h

 

 

No Comments

Post a Comment