Rannou-Métivier ou le macaron de Montmorillon

Montmorillon, la petite cité de la Vienne, peut s’enorgueillir d’être la patrie d’un emblématique biscuit, le macaron, et de voir la maison Rannou-Métivier le fabriquer depuis 5 générations.

Pour les intellectuels, Montmorillon équivaut à cité de l’écrit et des métiers du livre. Pour les gourmands, la ville est synonyme d’un petit gâteau rond aux amandes croustillant sur les bords et moelleux en son centre, le macaron.

Attention : rien à voir avec le macaron parisien fourré de ganache ou de crème au beurre comme ceux de Pierre Hermé, Dalloyau, Ladurée. Le macaron est un biscuit omniprésent en France : à Nancy, à St Jean de Luz, à St Emilion, à Cormery, à Amiens. Celui de Montmorillon se rapproche de ces confrères là et même si la recette Rannou-Métivier ne sera pas dévoilée, elle se compose uniquement de blancs d’œuf, de sucre et d’amandes.

Le musée présente les autres macarons de France

Un musée qui raconte l’histoire de cette petite gourmandise

L’origine du macaron est obscure et le terme macaron apparaît dans un écrit de Rabelais entre 1548 et 1552 ; mais à priori il pourrait venir d’Italie en arrivant dans les malles de Catherine de Médicis venue épouser le futur roi Henri II.

2 parfums différents chaque mois et le nature en permanence toute l’année

La maison Rannou-Métivier a créé au 1 er étage de sa boutique un musée où est expliquée l’histoire de l’amande et de son arbre. Panneaux didactiques, bornes interactives, outils anciens de fabrication du biscuit avec batteur à œuf, mortier, seringue pour former le gâteau tourbillonné et films permettent de mieux comprendre le fruit à coques, l’amande, qui est la saveur principale du macaron.

Rannou-Métivier : près de 100 ans de savoir-faire au service du macaron

A l’origine deux sœurs à la fin du 19 ème siècle, Marie Rose et Marie Louise Chartier, héritent d’une longue tradition de fabricants de macarons dans la ville poitevine. Leur employée de maison et aide-pâtissière Marie Bugeaud poursuit la fabrication au décès des deux sœurs et elle épouse Auguste Métivier avec lequel elle a une petite Madeleine qui reprend, en 1920, à son compte l’affaire aidée par son mari Fernand Rannou.

Marie Bugeaud

La maison Rannou-Métivier est donc créée en 1920 au 32 bd de Strasbourg, adresse principale de la boutique encore aujourd’hui. Les descendants continuent à fabriquer les petites boules d’amande : Yann et Lionel Bertrand, les fils de Patrick Bertrand, peuvent depuis 2009 s’enorgueillir d’avoir vu leur maison être labellisée ‘Entreprise du Patrimoine Vivant’.

3 parfums chaque mois

Ici pas de coques multicolores et plus de 20 parfums ! Chez Rannou-Métivier on propose 3 macarons chaque mois dont l’inconditionnel ‘nature’ présent toute l’année.

Les macarons : tourbillonnés, croquants en surface, moelleux au coeur

Avril a été le mois de la saveur ‘sésame-citron’ et ‘confiture de lait-vanille’ ; mai celui de la ‘rose-litchi’ et ‘pistache-griotte’ ; après le ‘kumquat-cannelle’ les parfums de juillet seront ‘citron vert’ et ‘fraise’.

A Montorillon, on n’achète pas des macarons pour soi ! La tradition est de les offrir sous n’importe quel prétexte. Alors vous aussi pensez à en offrir via l’e-boutique : ils sont un petit délice à consommer en dessert, avec le café, au goûter, le soir avant de se coucher….

Ils existent par plaque de 6 ou de 12

Rannou-Métivier

4 boutiques à Poitiers, 2 à Chatellerault, 1 à Tours et à Montmorillon

www.rannou-metivier.com

 

No Comments

Post a Comment