Mitsouko et Jicky de Guerlain en pures œuvres d’art

Flash sur deux superbes oeuvres d’art créées autour de Mitsouko et Jicky par Guerlain à l’occasion de leurs anniversaires.

Les 100 ans de Mitsouko

Le soleil se lèvre sur l’archipel nippon et la belle héroïne du roman de Claude Farrère, la marquise Yorisaka, tombe sous le charme d’un officier britannique en 1905.

Mitsouko en habit de cerisier

La musicalité de Mitsouko, Mitsou qui signifie ‘rayon de miel’ est évoquée.

Il n’en fallait pas plus pour inspirer la maison Guerlain via Jacques Guerlain qui sort cette fragrance devenue iconique en 1919.

Mitsouko ouvre la voie aux chyprés fruités avec la pêche, note utilisée pour la 1 ère fois en parfumerie.

Bergamote, rose de mai, jasmin, vétiver et épices signent cette fragrance qui fut portée par Diaghilev, Chaplin, Bergman, la princesse Diana, Inès de La Fressange…

Sur ce flacon une calligraphie à l’or fin posée à la main par l’artiste Suitou Nakatsuka.

Une œuvre d’art qui signe toute en élégance le centenaire du jus : environ 10 jours de travail pour chacune des 3 099 pièces qui existeront.

75 ml, 650 €.

Les 130 ans de Jicky

Porté par des hommes (Lagerfeld, Connery, Proust), des femmes (Sarah Bernhardt, Birkin, Jackie Kennedy), Jicky est mythique et intemporel.

Jicky en version sénégalaise

Mais d’où vient ce nom étrange ? Jicky était le diminutif du jeune Jacques Guerlain et le surnom d’une jeune anglaise dont il était tombé amoureux à Londres.

Jicky est surtout une des fragrances emblématiques de la guerlinade, la signature olfactive de la maison, avec des notes de fève tonka, de vanille, d’amande amère.

Pour le revisiter de manière exotique et contemporaine, direction le Sénégal et libre cours est donné à l’artiste Baye Gallo qui signe à la peinture et au marc de café une inspiration africaine.

Il n’y aura que 16 pièces dans le monde !

 

 

 

No Comments

Post a Comment