Le Bien Aimé

Un plongeon dans les fastes de la cour de Versailles avec une cuisine fleurie légèrement teintée d’Asie.

Il faudrait être bien « mal luné » pour ne pas l’aimer ce restaurant là ; mais qui sait ? Il ne plaira peut – être pas aux amateurs de design et d’épuré. Et cela pourrait se comprendre car nous voilà, en 2015, plongés dans des fastes à la Louis XV !

La salle façon Galerie des Glaces

La salle façon Galerie des Glaces

 

Tout a été transformé : out l’établissement précédent de restauration sur le pouce ; place à des parquets à la française avec mortaises en bois, à des appliques en bronze doré, à des moulures et des boiseries dorées à l’or fin, à des tentures chatoyantes de Frey, à du mobilier proche de ceux de Riesener, Boulle ou Cressent et à de grands portraits en pied Régence. Hormis les tableaux (copies vraiment kitsch et ratées), la décoration partiellement réalisée par des ateliers des Monuments Historiques (Atelier Mariotti, parquets des Granges) est parfaitement réussie. Pour quelques heures vous voilà invités à Versailles dans la Galerie des Glaces ! Pour se replonger dans cette atmosphère « monarchie pré – révolution », le dîner est nettement préférable que le déjeuner. En effet, comme le disent les cinéastes des grandes fresques historiques, l’éclairage aux chandelles met tellement mieux et plus en valeur la beauté d’une femme que les ampoules modernes.

 

Et qui va vous servir dans cet univers royal ? Un personnel attentionné et serviable comme sous l’Ancien Régime !! Le chef Régis Versieux compose de belles assiettes tout en poésie et fleurs : normal car outre un talent personnel il a été formé à bonne école : Robuchon en restant plusieurs années rue du Bac.

Homard, fenouils et bouillon à la vanille

Homard, fenouils et bouillon à la vanille

 

Les assiettes sont light et esthétiques comme en témoignent les entrées suivantes : le carpaccio de crabe assaisonné à l’asiatique façon sashimi et les asperges posées sur une sauce gratinée et juste enrichies d’un bout de lard Colonnata (28 et 32 €).

En plat principal, je n’ai pas testé les spaghettis à l’huile d’olive et à l’ail croustillant ; mais il paraît que c’est une spécialité maison (28 €) et je me suis régalée de joues de veau préparées en sauce blanche comme pour une blanquette (44 €).

Sashimi de crabe

Sashimi de crabe

Beaucoup d’élégance dans le sucré avec un soufflé à la mangue et son sorbet fruits de la passion ou la douceur chocolatée qui mêle en toutes les textures (fondantes, croquantes, glacées) le dieu cacao (18 €).

 

Pour accompagner le banquet, deux verres de vin : un Sancerre blanc, le Domaine Vacheron à 15 € et un Hautes Côtes de Nuits Domaine David Duband à 16 €. La carte a de belles propositions mais à des prix assez royaux.

 

Si vous ne voulez pas flamber et handicaper votre portefeuille ; pensez à la formule 3 plats du midi à 58 €. Le soir, les ors et les miroirs d’antan, cela se paye !

 

Allez ….De temps en temps, cela fait du bien d’être hors du temps, de flirter avec les grands du royaume (Une autre royauté, celle de l’Elysée est à deux pas !).

Douceur chocolatée

Douceur chocolatée

 

Le Bien Aimé

18 rue d’Anjou

75008 Paris

01 43 48 65 14

fermé le dimanche et le lundi

chèque non accepté

voiturier midi et soir : 8 €

 

-->