La Table du Kube

 

Au bout du 18 ème, une table réinventée par un jeune chef, Jean Batiste Ascione.

 

Enfilez parka, gants et bonnet et vous voilà plongé au cœur d’un univers de glace à l’Ice Kube, le bar totalement givré de la capitale, pour boire des shots de vodka. Lumière et décoration créent une atmosphère magique mais frisquette dans lequel on ne tient pas plus de 25 minutes !

A l'étage l'ice bar pour des shots de vodka

A l’étage l’ice bar pour des shots de vodka

Raison de plus pour réserver une table dans le restaurant du même lieu au rez-de-chaussée. Le soir l’établissement de cet hôtel branché du 18 ème arrondissement est bondé ; le midi c’est un havre de paix qui vaut d’aller y faire un petit tour.

Jean Baptiste Ascione , un jeune chef de 22 ans

Jean Baptiste Ascione , un jeune chef de 22 ans

Jean Baptiste Ascione, le chef est tout jeune : 22 ans et il a fait ses premières expériences dans des tables renommées (Vagenende, La Grande Cascade, Le Prince de Galles, Massa à Boulogne). On lui a offert il y quelques mois une place de chef au Kube et le voilà maintenant plus posé et capable d’imprimer sa patte au lieu.

Une fort bonne patte, ma fois, avec des pointes d’esthétisme, des touches inédites et une belle part de classicisme. C’est frais, enlevé et témoigne déjà de savoir-faire.

Preuve en est le repas pris, un peu en solitaire, un jour de semaine (il faut reconnaître que le coin n’est pas vraiment un quartier dit d’affaires ! Au delà de la gare du Nord près de l’avenue Max Dormoy, on est vraiment loin du calme et cossu d’un 8 ème ou 17 ème. Nul besoin de partir en Afrique ou au Maghreb cet hiver : baladez-vous là : vous y êtes !).

Au menu de mon déjeuner calme et reposant, un service « carte blanche » en 4 plats pour 50 € avec œuf poché sur un velouté de topinambours, filet de St Pierre juste saisi et rose avec quelques légumes découpés en gros carrés, tournedos de veau et purée de pommes de terre fumées, figue rôtie sur une boule de glace. Le classicisme se dévoilait dans le dessert et dans l’œuf et le topinambour : les légumes d’antan font depuis plus de 5 ans un retour en force qui marque la tendance terroir de certains chefs. Nourriture décriée par les anciens qui en ont trop consommé pendant la seconde guerre mondiale, le topinambour au très fin goût d’artichaut est selon moi délicieux. L’esthétisme pointait son style dans le poisson : filet ‘assaisonné’ d’herbes et carrés roses, blancs, jaunes de betterave, navet et carotte. Inédite la purée accompagnant la viande avait été réalisée à partir de pommes de terre préalablement fumées et transportait à la campagne au coin du feu.

 

Entre ces diverses atmosphères, Sibérie d’un côté, campagne profonde de l’autre, vous comprendrez le dépaysement quand on se retrouve entre la Porte de La Chapelle et Barbès.

 

La Table du Kube

1-5 passage Ruelle

75018 Paris

tél : 01 42 05 20 00

env. 50 places

fermé dimanche soir, lundi et mardi au déjeuner, brunch le dimanche à midi

menu à 6 propositions à 69 €

 

 

  • CléÔ
    30 novembre 2015at18:16

    Oh là là ! Je découvre en te lisant, ça a l’air sublime !

  • guillaume
    30 novembre 2015at19:38

    je me suis pelé dans le bar de glace au 1er mais c’étai top ; topissime
    donc le resto doit être bien aussi

  • Post a Comment

    -->
    Show Buttons
    Hide Buttons