La Casa Belucci : une pizzeria qui ne paye pas de mine et pourtant….

Proche du parc Monceau, dans la rue de Villiers très commerçante, une petite façade peu attirante, voir même un tantinet démodée avec quelques tables en terrasses qui « mangent » sur la rue. On passe devant sans même remarquer : un établissement parmi tant d’autres…. Comme quoi les « il ne faut pas se fier aux apparences » et « l’habit ne fait pas le moine » sont des phrases bien justes !

A l’intérieur, des tables en vis à vis séparées par une allée-couloir et au 1 er étage la possibilité de privatiser le salon ; mais surtout un accueil chaleureux par la maîtresse des lieux et une atmosphère bon enfant, un peu à l’italienne. Pourtant c’est le mari de Vicky qui est florentin et elle n’est pas italienne ; mais l’envie lui a pris après avoir été chez quelques grands chefs (Frechon, Ducasse), après avoir épuisé les charmes du concept sandwicherie de créer une pizzeria.

Beau fer forgé dans l'escalier qui monte au 1 er étage

Beau fer forgé dans l’escalier qui monte au 1 er étage

Venez avec de l’appétit, car les proportions sont généreuses. Pas de chichi ici, mais une cuisine simple et généreuse.

Les entrées alternent entre l’assiette de crudités et jambon, la burrata (mozzarella enrichie de crème) et la mozzarella chaude proposée en beignet. Heureusement de belles feuilles de roquette viennent rendre plus sain et light le plat (env. 14 €)

La salle au 1 er

La salle au 1 er

En plat principal, les incontournables italiens sont l’osso bucco et l’escalope de veau à la milanaise, le saltimbocca de veau ou le veau citron (23 €). Mais quitte à faire simple et convivial, optez pour la pizza (cela se partage facilement et permet d’en prendre plusieurs différentes ; 14 €). Elles ont les flancs larges et moelleux et le centre bien rempli avec de vrais morceaux de proscuitto, de beaux éclats de parmesan, un fond bien parfumé de tomates. Plus raffiné et haut de gamme les linguine à la crème et huile de truffe blanche sont divinement bons : fondants sans trop, avec du fromage mais sans pour autant tuer la subtilité du précieux champignon.

Incontournables, les pâtes !

Incontournables, les pâtes !

Avec deux plats salés, vous êtes calé … mais le tiramisu vous tend les bras avec son saupoudrage chocolaté, son mascarpone aérien, l’ensemble étant accompagné d’un granité de café. Aors craquez et vous commencerez votre régime plus tard. Les fraises sont plus légères mais que dire de la pana cotta qui les accompagne (de 7 à 10 €).

Pouilles, Piémont, Vénétie, Toscane, Campanie : les différentes régions de la botte vous offrent leurs vins ensoleillés à des prix plus sympathiques que leurs homonymes français.

En résumé, une pizzeria sympa, généreuse, non adaptée aux parisiennes filiformes de Kiraz qui soignent leur profil dès la fin des giboulées de mars !

 

La Casa Belucci

12 avenue de Villiers

75017 Paris

01 40 53 01 77

Fraises et pana cotta pour terminer en douceur

Fraises et pana cotta pour terminer en douceur

 

 

No Comments

Post a Comment