George Cannon ou le thé par essence

A Paris, un lieu dédié à l’univers du thé entre épicerie de luxe, arrière salle zen pour quelques bentos et même espace de bien-être pour un massage feng-shui.

 

Si le thé n’est pas uniquement japonais, l’établissement par sa quiétude et sa décoration l’est : une harmonie de blanc, de vert d’eau, de bois clairs pour tester l’une des 500 références de thé à tout moment de la journée.

Vrac ou boîte en fer blanc : plus de 500 références

Vrac ou boîte en fer blanc : plus de 500 références

 

Un bar à thés

Un bar à thés

Un thé noir de Ceylan OP St James, un Lapsang Souchong, un Rooïbos, un Darjeeling Sungmo, un Yunnan Impérial, un Genmaïcha ? Une théière en faïence, en terre cuite ou en fonte ou l’incontournable Salam de Guy Degrenne, le plateau pour les célèbres cérémonies chinoise du gong fu cha, ceylanaise du negombo ou japonaise du cho no yu ? Du thé en vrac, en sachet mousseline, en boîte ronde en fer blanc ? Pour un repas complet, une soupe, un bento, une salade ou un ravioli vapeur, des financiers et des macarons au thé vert matcha : la boutique George Cannon est tout çà à la fois et cette simplicité de bon aloi autour de la boisson la plus consommée au monde draine aussi bien des hommes que des femmes en mal d’un repas équilibré un tantinet exotique.

 

Quelques tables pour une assiette light et une tasse de thé

Quelques tables pour une assiette light et une tasse de thé

Il faut dire que la maison a un réel « back ground » : 6 générations de théologues et une histoire qui démarre en 1898. Experte dans la négoce du thé en vrac, la famille Cannon fournit des hôtels et des restaurateurs de luxe et il faut attendre les années 1990, voire même 2000 pour que la maison plus ouverte au grand public n’acquiert une certaine reconnaissance hors clientèle professionnelle. Cependant l’entrée dès 1978 d’Olivier Scala marquait un certain tournant dans l’histoire de la société. Progressivement avec cet œnologue du thé, la société George Cannon s’est développée et ouverte au plus grand nombre. La reconnaissance officielle, la « démocratisation » de la maison se concrétiseront réellement en 2009 lors de l’ouverture de la boutique parisienne.

 

A tester absolument après votre break gourmand, un des massages de Claudine Montazemi. Esthéticienne et praticienne de shiatsu, elle sait parfaitement comprendre le corps humain et via ses massages appréhender les souffrances mentales ou physiques de votre organisme que le corps lui transmet. Shiatsu crânien ou détente, drainage esthétique ou massage californien et / ou relaxant : ses mains sont réellement expertes.

45 € les 30 mn, 65 € les 3/ 4 d’heure et 85 € l’heure.

 

12 rue Notre Dame des Champs

75006 Paris

01 53 63 05 43

No Comments

Post a Comment