Expo « Océan, une plongée insolite » à la Grande Galerie de l’Évolution

Le Muséum national d’histoire naturelle propose sur son site historique, le Jardin des plantes, une immersion parmi l’étrange faune méconnue qui peuple nos mers, loin des figures familières.

Poussez les portes de la Grande Galerie de l’Évolution, descendez un étage : vous voilà soudain plongé dans une semi-obscurité, baigné par une musique un brin spectrale. Que les fonds marins doivent être mornes et gris, pensez-vous. Que nenni : c’est à la rencontre d’un monde varié, multicolore et sacrément étonnant que cette exposition intelligente et ludique nous convie.

Contraintes de l’exploration marine et conquête des profondeurs, vie microscopique du plancton, faune singulière des milieux extrêmes, ressources insoupçonnées du milieu marin… grâce à de nombreux dispositifs interactifs et à une large place faite à l’image, le visiteur découvre l’incroyable richesse du milieu marin.

Descendez à bord du Nautile, le sous-marin habité de l’Ifremer © M.N.H.N.

Vous pensez que les fonds marins sont plats de chez plats ? En touchant un gros globe, vous constaterez que les océans ont plus de relief que la terre ferme. Et quelle vie surprenante ! Partez à la découverte du Galathée yéti, adorable crustacé dont les pattes sont recouvertes de fourrure, ou encore des poissons des glaces peuplant l’océan Austral, capables de produire des protéines antigel. Guère étonnant que la science s’intéresse de près à la « muse océan ». Un ingénieux mur interactif présente d’ailleurs quelques-unes des applications médicales inspirées des organismes marins.

Une myriade de formes et de couleurs. © M.N.H.N.

Source de fascination et d’émerveillement, l’océan a nourri de nombreux mythes, comme le rappelle la dernière salle du parcours. Mais certaines créatures existent bel et bien, tel le calmar géant exposé, animal de tous les records, avec un œil de 25 centimètres de diamètre. L’exposition rappelle enfin que si elle est fabuleuse, la vie au sein de l’océan est en péril et qu’il convient plus que jamais de la protéger.

Une étrange créature vert fluo prénommée Simocarcinus sp. © M.N.H.N. – Tin-Yam Chan

Le Jardin des plantes, c’est aussi…

Écrin de verdure créé il y a quatre siècles, le Jardin des plantes abrite d’autres lieux de visite parmi lesquels les Grandes Serres et la Ménagerie. La Ménagerie accueille environ 170 espèces, dont un tiers est menacé. Dans la fauverie, le visiteur pourra apercevoir deux 2 jeunes mâles panthères des neiges nés en août 2018. Et dans la singerie, passez dire bonjour à Nénette, qui fête cette année ses 50 ans, ainsi qu’à ses autres compagnons orangs-outangs, Théodora, Tamü, Banggi et Java. Emblème de la conservation, l’orang-outan de Bornéo est l’une des trois espèces d’orangs-outans qui existe aujourd’hui et qui, comme les deux autres, est en voie de disparition.

Depuis octobre 2018, la Ménagerie a lancé un programme de parrainage des orangs-outans. L’ensemble des fonds collectés sera reversé au projet d’extension de leur enclos. Un dispositif de filets permettra à ces singes arboricoles d’escalader une structure métallique et de s’ébattre à 15 mètres de hauteur, comme dans leur milieu naturel.

S.D.
Crédit photo du visuel de couverture : NSF-USAP-Steve-Clabuesch

« Océan, une plongée insolite »
Grande Galerie de l’Évolution
36, rue Geoffroy Saint-Hilaire
75 005 Paris
Du 3 avril 2019 au 5 janvier 2020

 

 

Share Button
No Comments

Post a Comment