Clair Bernard, faïencier à Nevers

Clair Bernard a repris la Faïencerie d’Art de Nevers perpétuant un savoir-faire local ancestral.

Importée d’Italie au 16 ème siècle, la faïencerie de Nevers a connu son apogée jusqu’au 18 ème siècle, a bien vécu au 19 et 20 ème siècle avant de décliner gentiment mais sûrement.

La manufacture Montagnon qui existait depuis 1648 a fermé en 2015 faute de repreneurs.

Heureusement deux passionnés, les faïenceries Georges et Bernard perpétuent cet artisanat typique de Nevers ; en particulier Clair Bernard qui m’a gentiment fait visiter son atelier.

Une histoire de transmission

Son grand-père était MOF faïencier ; autant dire que Clair Bernard a été « bercé » entre les bains d’émail dès son plus jeune âge. A côté du grand-père encore en activité, son père crée son propre atelier qu’il reprend tout seul en 2014, heureux de perpétuer la gestuelle familiale et de pouvoir créer des produits personnalisés, sur-mesure, puisque tout est fait à la main par lui-même et un artiste qui l’aide pour les décors.

Les symboles francs-maçons sur une assiette

Suivi étape après étape pour créer une assiette

La terre brute

Clair prend un bloc de terre argileuse et ferrugineuse (à la cuisson une couleur rougeâtre ressort témoignant de ce fer).

La matière est posée sur un moule

Il fractionne cette pâte douce comme de la pâte à modeler, la pose sur un moule en plâtre, la calibre avec une machine qui forme le pied de l’assiette. Le plâtre absorbe l’eau de l’assiette qui commence à sécher et doit être ébarbée s’il y a de légères malfaçons sur les bords et percée de trous afin que l’assiette soit accrochée à un mur.

Suivent 4 à 5 jours de séchage à l’air libre, un léger ponçage qui affine la surface. Intervient alors la cuisson de 7 à 8 heures, la pièce restant environ 30 heures dans le four, le temps de montée et redescente en chauffe. Quand l’assiette est froide, il est temps de lui faire prendre son bain, une eau chargée de silice et d’émail qui dépose sur la pièce une fine couche crayeuse. Après un second séchage intervient le délicat travail du dessin avec des oxydes naturels, des pontifs (sortes de claque troués qui aide au dessin).

Re-calibrage de l’assiette

Le fameux bleu de Nevers est obtenu à partir de cobalt, le jaune ocre de l’oxyde d’alun, le vert du cuivre. Seul le rouge est une teinte absente de toute faïence de Nevers.

Assiette cuite non vernie

Une seconde cuisson fait alors ressortir les couleurs et la brillance de la pièce.

De la plaque commémorative pour une compétition sportive à la frise pour la crédence de sa cuisine en passant par l’assiette cadeau de mariage au nom des tourtereaux, presque toutes les combinaisons et les idées sont réalisables pour tous les budgets.

Four avec quelques pièces à l’intérieur

 

2 boutiques : 88 bis avenue Colbert et 1 rue Sabatier

Vue sur l’atelier

Nevers

03 86 6119 25

www.fayencerie-dart-de-nevers.com

 

No Comments

Post a Comment