Sixième Sens

Convivialité, cuisine de l’instant avec le chef toujours en cuisine : un bon petit restaurant aux prix raisonnables, tout comme on les aime.

 

Le lieu est petit : une vingtaine de couverts et encore… Tous en perpendiculaire de la minuscule cuisine où officie le chef. Et voilà le convive presque attablé à un grand repas de famille, chacun parlant ou pouvant parler à ses voisins dans ce quartier populaire et animé de la Bastille.

La façade sur la rue de la Roquette ( 11 ème)

La façade sur la rue de la Roquette ( 11 ème)

Et c’est cela que souhaitait le chef, Guillaume Poupard, en s’installant dernièrement ici après avoir tenu des établissements beaucoup plus importants avec du personnel à gérer : être le cuisinier de ses hôtes et que convivialité rime avec plaisir de manger. D’ailleurs, j’étais à peine assise que les convives voisins m’apostrophaient par un « Vous n’êtes jamais venue, vous ? Vous n’êtes pas du quartier !» ; histoire d’engager une bribe de conversation.

Guillaume Poupard le chef

Guillaume Poupard le chef

Passée cette atmosphère bon enfant, qu’en est il en cuisine et dans votre assiette ? Une cuisine raffinée et surtout préparée à la minute avec des produits frais provenant du proche marché d’Aligre. La carte est courte avec 4 ou 5 propositions pour les entrées, plats et desserts.

Pour démarrer, un gaspacho très frais de tomates noires infusées dans du basilic (6 €), des samossas croustillants de crabe à la citronnelle et relevés d’un vinaigre de framboise (9 €). Le saumon frais se noye un peu dans l’huile et les oignons frais de sa verrine et gagnerait à être plus light, ce poisson étant par lui même déjà très gras (8 €).

Tartare de daurade royale

Tartare de daurade royale

Pour suivre, de beaux petits filets de caille dans une sauce aigre douce à l’africaine avec citron et oignons confits au miel (18 €) ou un filet mignon de kangourou caramélisé aux griottes et au gingembre (viande goûtée pour la 1 ère fois de ma vie…qui se révèle être tendre et assez proche en saveur d’une biche peu faisandée) (17 €).

Les desserts jouent, hors la mousse au chocolat noir sur dés de poires Williams imbibés à la Williamine, sur un registre assez exotique avec des nems à la banane et coco, une soupe de mangue aux essences de vanille, une pana cota à la fleur d’oranger (de 7 à 9 €).

L'incontournable coeur coulant au chocolat

L’incontournable coeur coulant au chocolat

Quelques derniers conseils pratiques pour finir : réservez, c’est plus prudent ; ne venez pas en voiture, c’est « instationnable » sauf à utiliser le voiturier du proche Eléphant Bleu ; laissez de côté mauvaise humeur ou envie d’un tête à tête ; pensez seulement dîner, l’établissement n’étant pas ouvert au déjeuner.

43 rue de la Roquette

75011 Paris

09 83 88 63 52

 

Une vingtaine de couverts  dans cet établissement

Une vingtaine de couverts dans cet établissement

 

 

 

 

No Comments

Post a Comment