Salon du Chocolat : un 25 ème anniversaire qui promet d’être gourmand et magique

Philtre envoûtant du XXIème siècle, le chocolat se révèle être une réelle potion magique.

Place à la gourmandise pour cette 25 ème édition du Salon du Chocolat.

230 exposants, 150 chefs, 100 robes, 10, 8 millions de visiteurs réunis autour de l’amour d’exposition d’un seul et même produit, le chocolat.

Ces seuls chiffres parlent d’eux mêmes : le chocolat est un produit magique. Intrigant, régressif, gourmand, fascinant, vertueux, sacralisé, captivant, décomplexé, thérapeutique, sans frontière ni barrière, sans tabou ni interdit ; le chocolat nous fait tous craquer et diffuse sur tous les continents son souffle de magie.

Pour fêter ce quart de siècle d’existence, Nicolas Bernardé, chef pâtissier et MOF, dressera un monumental ours en chocolat blanc dans le salon : 2m 50 de long, 1 m 35 de haut, 80 cm de large et 200 kgs de chocolat nécessaires pour cette sculpture inspirée du travail de Pompon.

Il est magique car mythique et épique

Originellement le cacao est un fruit des Dieux qui remonte à l’ère précolombienne. Fondateurs du salon, Sylvie Douce et François Jeantet, rappellent que, dans la société très avancée des Aztèques, le chocolat servait de monnaie et était synonyme de pouvoir. Avec la résurrection actuelle de ce produit, on revient à la notion de sacralité initiale. La cabosse, fruit du cacaoyer, s’offre aux hommes depuis 26 siècles et ils ont élaboré la première boisson odorante, la theobroma cacao ou « boisson des Dieux » réservée à l’élite des civilisations précolombiennes. Il faut attendre le 15 ème siècle et l‘époque des grandes colonisations pour que la boisson additionnée de sucre conquiert les cours européennes puis un plus large public.

Sylvie Douce et Nicolas Jeantet, les fondateurs du salon

Une des magies du chocolat réside aussi dans sa conquête territoriale, puisque jusqu’au 19 ème siècle le cacaoyer n’a jamais voyagé. Mexique, Venezuela et Amazonie ont été ses premiers pays de culture avant la découverte-conquête de Sao Tomé & Principe en 1822, futur berceau du cacao africain. La colonisation du cacao a alors débuté transportant la plante jusqu’en Océan Indien et en Asie du Sud Est. Aujourd’hui avec le retour aux origines et le travail de « sourcing » des professionnels, on assiste à un retour des cacaos pure origine.

Il est magique car symbolique et exotique

Le cacao est un trait d’union entre les hommes des divers continents qui le cultivent, le produisent, l’importent et l’exportent, le travaillent en cuisine et le consomment. Pour un co-fondateur de Marou (chocolat pure origine à partir de fèves du Vietnam), il existe un « trait d’union entre le monde tellurique de la plantation et les lieux les plus éthérés de la gastronomie ». Goûter un chocolat permet l’exotisme de saveurs inconnues et au-delà de la découverte olfactive et gustative un voyage dans des contrées lointaines. De l’art de cultiver sa parcelle à la sélection des meilleures variétés, il y a une savante alchimie qui se complète ultérieurement par le savoir-faire des chocolatiers.

Née de la passion d’une chocolatière française pour la Polynésie, la tablette Tahiti Origin By M

Il est magique car stratégique et économique

Le cacao est aujourd’hui devenu une denrée aux enjeux économiques mondiaux qui impliquent les pays producteurs & importateurs, les industriels & artisans et les consommateurs. S’il titille depuis longtemps les papilles des Américains du Nord et des vieux Européens, le chocolat conquiert d’importants marchés sur les jeunes pays émergents (Inde, Chine).

 

La marque Petits Carreaux de Paris sera présente au salon du chocolat

 

Les plus gros consommateurs en Europe sont les Suisses, les Allemands et les Britanniques. Et la France d’afficher aussi de belles données avec un tonnage presque 3 fois plus gros pour les fêtes de fin d’année que pour Pâques.

Les 5 macarons au chocolat de Jean Paul Hévin dont le carioca, tana, pablino

 Il est magique car thérapeutique et bénéfique

Les carrés Château de Vincennes de Laurent Duchêne

Nombreuses sont les études qui révèlent les bienfaits du chocolat pour notre santé tant du point de vue psychique que physique. Le chocolat est presque devenu un argument santé : la neuroscience a étudié les incidences et interactions entre le chocolat et notre cerveau. Besoin de désir et de satisfaction immédiate, expérience sensorielle, sensation de dépendance et potentiel addictif lié à la théobromine, psycho-stimulant et anti-dépresseur ; tels sont les concepts « médicaux » qui sont évoqués quand on parle cacao.

Le chiffre le plus marquant ressort d’une étude CSA de mars 2012 qui affirme que 42 % des Français consomment du chocolat pour lutter contre la déprime.

Rien de meilleur pour le moral qu’une gâterie au chocolat : ici le financier d’Hugo & Victor

Il est magique car chic et arty

Symbole de rêve et d’art de vivre, le chocolat artisanal et la haute pâtisserie sont devenus un luxe abordable. Cependant la particularité du chocolat français est de rester artisanale et de véhiculer une « french touch » : nos artisans cachent leurs créations dans des boîtes conçues comme de précieux écrins : coffrets La Maison du Chocolat, Patrick Roger, Jean Paul Hévin, Hugo & Victor, Lenôtre, Pierre Hermé.

Pour le 1 er salon du chocolat en 1995, robe de Scherrer et de La Maison du Chocolat ( on reconnaît Robert Linxe à droite )

Gourmand, démocratique, convivial, nostalgique et régressif ; le chocolat a donc encore et toujours de très beaux jours devant lui. Venez donc en découvrir toutes les facettes du 30 octobre au 3 novembre.

Porte de Versailles, Hall 4

Du 30 octobre au 3 novembre 2019

De 10 à 19 h

 

En ouverture d’article le visuel de la truffe d’Hugo & Victor

-->