Prunier : une renaissance très réussie

L’adresse emblématique du caviar français se renouvelle et modernise avec des offres originales à la portée de tous (ou presque tous !!).

Bravo pour cette renaissance successful !

Le Prunier de Pierre Bergé est mort. Entraîné dans de bas- fonds marins de la même couleur que ses célèbres mosaïques de l’avenue Victor Hugo, le mythique restaurant s’enlisait gentiment tablant sur sa seule renommée et sur une clientèle d’étrangers de passage.

Un prince charmant, une belle sirène -qui sait ?- a décidé de remettre le vaisseau amiral de la maison à flots. Vive le Prunier nouvelle version qui va, de plus, bientôt fêter son centenaire.

Quelques boîtes sur le comptoir de la salle du bas

Récemment invitée par un ami (pour raisons professionnelles bien sûr et que se rassure certains de mes lecteurs !!!!) dans ce temple iodé, je ne pouvais refuser une telle invitation et bien m’en a pris.

Cela en est fini de l’époque où seules des huîtres (certes de qualité, des Gillardeau, Tarbouriech, Marennes Oléron) et des boîtes rondes de caviar affichaient leurs prix pharaoniques.

La carte affiche des propositions très originales autour de l’or noir ; mais avant toute chose il faut savoir qu’à l’opposé d’une autre illustre maison du 7 ème arrondissement Prunier a dès ses débuts créé, en 1921, la première production française de caviar. En effet Prunier avait découvert l’abondance en esturgeons des rivières de Gironde.

Plusieurs caviars s’offrent aux papilles les plus subtiles : pas moins de 6 sélections du doux ‘Love Edition’ aux gros grains noirs de geai du ‘Malossol’ en passant par le ‘Saint James’ racé et iodé avec une fort belle longueur en bouche.

Un sandwich hautement créatif : une fine baguette croustillante, de la mortadelle ou mozarella et caviar

Mais je vous conseille de tester ces caviars sur des propositions originales : une fine baguette avec beurre et caviar ou crème crue poivre et caviar ou mozarella huile d’olive et caviar ou mortadelle et caviar. A 15 € le mini sandwich, on en redemande !!!

Caviar, crème et blini

Nous avons poursuivi avec l’offre ‘street caviar’ : un plateau où le caviar se décline en de nombreuses divines bouchées. Des olives vertes garnies d’anchois et de caviar, des pommes de terres surmontées de caviar, des blinis aux cacahuètes et caviar, des radis beurre et caviar, des burratina et caviar, de l’avocat et caviar, un cornet de thon et caviar. Une vraie merveille dès 39 € et plus selon le nombre de pièces choisies. En demandant aimablement vous pourrez sûrement goûter le fabuleux saumon, le balik tsar Nikolaj, si tendre qu’il fond en bouche si savoureux qu’il emplit le palais par sa douceur néanmoins persistante. De A à Z un plongeon iodé et puissant gustativement pour amateurs éclairés.

Le plateau avec différentes bouchées

Enivrée par cette farandole de billes noires prendre comme à la table voisine un homard qui était arrivé dans son bouillon fumant ne m’est même pas venu à l’idée. Je voulais rester sur cette complexité aromatique unique que procure le caviar.

et en plat principal du homard….

Même sur le dessert j’ai pu retrouver ce caractère subtil et marin, car la tarte citron d’une inouïe légèreté était agrémentée de grains ultimes de caviar.

Au déjeuner en aucun cas n’accompagnez votre repas de vodka ! Un sublime Meursault a fait l’affaire pour sublimer le caviar et ce repas mémorable qui m’a prouvé qu’on pouvait se faire plaisir sans pour autant se ruiner.

Tarte au citron

Prunier

16 avenue Victor Hugo

75 116 Paris

Tél : 01 44 17 35 85

Au 1 er étage 2 salles privatisables dont l’une reflète toute l’atmosphère russe d’une isba avec des panneaux laqués or provenant de l’ex – isba deauvillaise d’Yves Saint Laurent. L’ensemble de la pièce a été agencé par l’architecte décorateur Jacques Grange.

 

-->