Nouveaux venus cet été dans deux zoos

Des bébés hyènes à Thoiry, des suricates et otocyons à Paris : ces deux zoos accueillent de nouveaux pensionnaires. Emotion et attendrissement garantis !

Bébés hyènes à Thoiry

A les voir aussi petits on craque littéralement et pourtant ces charognards ont une bien sale réputation liée à leur mâchoire (aussi puissante que celle du grand requin blanc), à leur nourriture de carcasses. On les nomme les « éboueurs de la savane » car elles sont même   l’unique prédateur du lion. De qui je parle ? Des hyènes !

La petit de la hyène naît tout noir

En mai dernier, Uru le père et Shenzi la mère ont donné naissance à 2 petits visibles dès leur naissance depuis le tunnel de verre qui traverse leur enclos.

Bonne mère, la hyène tachetée Shenzi en est à sa 3 ème portée et cette espèce là est la plus représentée des 4 sortes de hyénidés. Venant au monde dans une tanière les petits naissent noirs et leur pelage s’éclaircit au fur et à mesure des jours. Dès la naissance ils savent se déplacer seuls, ont les yeux ouverts et de petites dents mais pour déterminer leur sexe il faudra que les soigneurs attendent encore quelques semaines.

Les deux bébés sont nés le 18 mai

Les prénoms à leur attribuer seront soumis au vote sur la page Facebook du Zoosafari de Thoiry.

ZooSafari de Thoiry

Château de Thoiry

78 770 Thoiry

01 34 87 40 67

Suricates et otocyons au Parc Zoologique de Paris

Dans la biozone Afrique c’est le règne bien sûr des girafes, rhinos, zèbres et lions.

Suricates assis sur le terrier, un adulte et un jeune.

Mais le petit monde des mammifères était absent ; donc pour fêter leur 5 ème anniversaire, les voici qui arrivent avec leur frimousse dressée et leurs oreilles pointues.

« So cute » diraient les Anglais aux sujets de ces suricates originaires des savanes du sud de l’Afrique.

Otocyon dont la tête dépasse de sa tanière

Connus pour leur comportement social, ils sont « trop » à vivre en groupes d’une dizaine d’individus mâles et femelles, au sein duquel des « sentinelles », dressées sur leurs pattes arrière, surveillent le territoire pendant que le reste du groupe s’occupe des jeunes, cherche de la nourriture ou se repose.

Six suricates font leur arrivée : deux femelles et quatre mâles venus respectivement des zoos de Varsovie, Mulhouse, Stuttgart et Kristiansand en Norvège.

Pendant leur quarantaine, ils ont été rejoints par les deux otocyons, renards à grandes oreilles, deux espèces partagent le même écosystème et le même régime alimentaire. Insectivores, ils peuvent cependant se nourrir de petits rongeurs, ou encore de baies ou de fruits.

Un nouvel enclos a été aménagé pour les accueillir, au pied du Grand Rocher. L’occasion de mettre en valeur cet espace d’observation, situé entre la grande volière et le rocher de l’enclos des babouins qui offre une belle vue sur le bassin et la plaine des girafes et des autruches.

 

Parc Zoologique de Paris

Croisement route du lac et avenue Daumesnil

75 012 Paris

0811 224 122

 

 

Certains visuels de Naturagency (photos Klein, Hubert, Mafart Renodier)

 

 

-->