La petite merveille qu’est le musée national des capucins de Coulommiers

A Coulommiers, la grotte de coquillages au sein de l’église Notre Dame des Anges devenu ‘musée national des capucins’ est un petit trésor que Coulommiers va mettre en valeur.

Tout à fait inédit et unique en France : une grotte de coquillages dans une chapelle !

D’ailleurs la mission Stéphane Bern s’est penchée sur ce bâtiment et une souscription pour sa restauration est en cours et ouverte.

Dès 1588, la princesse Catherine de Gonzague et de Clèves, Duchesse de Longueville, est avec ses héritiers à la tête de la seigneurie de Coulommiers, fief qu’elle reçoit par mariage. Dans l’actuel parc des capucins (très charmant avec ses pièces d’eau, ses cygnes et canards en liberté sur les rebords herbacés), elle fait construire un château par les architectes Salomon de Brosse, Charles du Ry et François Mansart dont il reste é petits pavillons d’entrée, symboles de leur style très pur et classique Louis XIII.

Vue d’ensemble dépliée de la grotte

Proche du château sera édifié un couvent pour des moines capucins et dans la chapelle conventuelle la princesse commande une chapelle funéraire en style baroque recouverte de coquillages.

Bien sûr l’église a été vandalisée à la révolution française et les moines ont dû abandonner le lieu devenu aujourd’hui le musée municipal des capucins.

Ce musée-chapelle est intéressant pour cette grotte très abîmée : sa construction remonterait aux années 1625 avec des coquillages nacrés pour représenter des décors religieux. En général, ce type de grottes s’inspire de l’Antiquité et est tout à fait profane (des grottes très célèbres sont celles de Louis II de Bavière à Linderhof et Neuschwanstein en Allemagne).

Vue sur le choeur et les côtés

On devine les personnages, les constructions et la guide explique que la présence de coquillages est emblématique de la culture maniériste, un symbole de la fragilité de la vie humaine par analogie au crâne humain. Les scènes représentent certains épisodes de la vie de St François d’Assise et du Christ. On pense que ces bas-reliefs formaient une sorte de chemin de croix permettant à la duchesse de Longueville et ses descendantes de cheminer par la pensée sur les pas de François et du Christ (Anne Geneviève de Bourbon-Condé sera l’héroïne du roman de Madame de La Fayette).

Au plafond a été restauré un ange du motif principal qu’est La Trinité et on peut imaginer à quel point l’ensemble sera beau, une fois les travaux de réhabilitation exécutés.

L’ensemble est très abîmé comme en témoigne la photo

30 000 € sont nécessaires pour la restauration et toutes les infos sont sur www.fondation-patrimoine.org/59 480

Les 2 globes et la grotte de coquillages au fond

Par ailleurs cette chapelle abrite un musée d’histoire de la ville et en révélation de l’attrait pour les sciences au XVII ème siècle on peut admirer deux globes terrestres et célestes du célèbre cartographe Coronelli.

Un des globes du célèbre cartographe Coronelli

Un généreux donateur a aussi légué à la ville sa pharmacie avec ses belles vitrines en bois, ses pots à onguents et ses potions d’antan.

cette ancienne pharmacie en boiserie a été léguée au musée

 

Musée National des Capucins

Parc municipal des capucins

13 rue du Général de Gaulle

77 120 Coulommiers

Infos sur www.coulommiers.fr ou sur le site www.coulommierspaysdebrie-tourisme.fr

Certaines photos de P. de Murel

 

 

 

-->