« La Nuit du Cerf » : du cirque à couper le souffle

Prouesses acrobatiques époustouflantes, burlesque contagieux, esthétique ultra-soignée, tels sont les ingrédients gagnants du deuxième spectacle du cirque Le Roux, jeune compagnie qui imprime sa marque au cirque contemporain.

La dernière fois que nous avions parlé de cette troupe, c’était en 2016, pour saluer leur tout premier spectacle, The Elephant in the Room. À l’époque, ils étaient quatre sur scène : Philip Rosenberg, Lolita Costet, Grégory Arsenal et Yannick Thomas, formés pour la plupart à l’École Nationale du Cirque de Montréal.

Pour leur nouvel opus, « La Nuit du Cerf – A Deer in the Headlights », deux amis les ont rejoints : Mason Ames et Valérie Benoît. L’époque : les années 1970. Le lieu : l’intérieur d’une maison américaine, en bordure de forêt. Trois frères et sœur qui ne s’étaient pas vus depuis longtemps sont réunis pour les funérailles de leur mère. La sœur débarque avec son mari, l’un des frères est affublé d’une femme volage, et l’amant de cette dernière va débarquer, faisant basculer la soirée de recueillement dans le tragi-comique…

Une esthétique ultra-soignée © Frank W. Ockenfels III

L’originalité de ce spectacle, comme d’ailleurs du précédent, est la fusion réussie entre acrobatie et théâtre. Il s’agit bien de cirque, mais de cirque théâtralisé. Yannick Thomas campe un policier jaloux qui dégaine son arme à tout bout de champ, Grégory Arsenal joue un frère benêt, Lolita Costet interprète une sorte de vamp qui haïssait sa mère et a bien du mal à verser quelques larmes… Les phases de comédie alternent avec des prouesses acrobatiques de haut vol. Voltiges périlleuses, main-à-main, fil-de-fer, banquine, équilibre, sans oublier un étonnant numéro de roller… on retient son souffle (puis on applaudit) devant tant de prises de risque.

Pour notre plus grand bonheur, la comédie laisse parfois la place à la poésie, comme la rencontre des amants dans le noir (presque) complet, ainsi que le magistral final, numéro de trapèze sans filet où les six artistes déploient tous leurs talents. Ces moments à l’ambiance onirique, qui ne sont pas sans rappeler dans leur exécution la danse contemporaine, resteront gravés longtemps dans les mémoires.

Bande annonce.

S.D.
Crédit photo d’ouverture : © Frank W. Ockenfels III

« La Nuit du Cerf – A Deer in the Headlights »
Mise en scène: Charlotte Saliou
Musique originale: Alexandra Stréliski
Chorégraphie: Cirque Le Roux avec Colin Cunliffe
Costumes: Cirque Le Roux avec Clarisse Baudinière
Scénographie: Cirque Le Roux avec MOA et Benoit Probst & Art&Oh
Création Lumière: Cirque Le Roux avec Pierre Berneron
Création Son: Cirque Le Roux avec Jean-Marie Canoville
Théâtre Libre
4, boulevard de Strasbourg, 75010 Paris
Jusqu’au 02 février 2020
Représentations du mercredi au samedi à 21 h + une séance le dimanche à 15h00

-->