Bistrot Valois

Avec la probable inscription par l’Unesco des bistrots parisiens au patrimoine immatériel de l’humanité ; le Bistrot Valois risque d’accéder immédiatement au catalogue des adresses et même de monter sur la plus haute marche sur le podium.

En plein cœur de la capitale, à l’arrière de la Comédie Française et à quelques mètres des jardins du Palais Royal, une charmante place ouverte sur de splendides bâtiments du XVIII ème siècle. C’étaient auparavant les anciennes écuries du Prince Louis Philippe, le duc de Valois, pour la famille d’Orléans qui avaient ses appartements sur la place. Aujourd’hui niet de purs- sangs attelés à des carrosses, mais un cadre piétonnier avec plantes vertes et l’œuvre du sénégalais Ousmane Sow, la statue « couple de lutteurs corps à corps ».

Laurent Chainel à son bar

Sur un des côtés, le Bistrot Valois est un authentique restaurant au charme d’antan : bar en zinc, petits carrelages au sol, pierres et briques aux murs, tableaux et photos des artistes du quartier accrochés. Suite à la reprise en 2013, Laurent Chainel a tout refait en recréant l’ambiance des bistrots d’autrefois des titis parisiens.

Entre deux discussions au bar avec le « patron », le choix se pose : il y a deux terrasses végétalisées et on peut choisir espace fumeurs ou non fumeurs.

Une des salles intérieures

A la carte des produits « sourcés » par Laurent Chainel qui a la qualité de «maître restaurateur» avec les viandes de La Sablière, les fromages Le Thielleux, la charcuterie de Laborie & Fils ou Dubernet, les glaces ardéchoises terre Adélice.

Et dans votre assiette ? Le grand classicisme d’une terrine maison (7, 80 €), l’œuf mayonnaise (6, 95 €), la planche de charcuteries (21, 80 €).

S’il fait encore beau, côte de bœuf et son os à moelle pour 2 personnes (67, 80 €), tartare (20, 90 €) avec frites maison ou pommes grenaille avant d’attaquer blanquette de veau, bœuf bourguignon et plats en sauce et cocotte cet hiver.

Cantal, Saint Nectaire pour poursuivre (cela change des sempiternels camembert et comté) avant de régresser avec quelques douceurs traditionnelles comme le baba chargé de Chantilly maison qu’on arrose soi-même de rhum (9, 20 €), le mi-cuit au chocolat glace à la vanille (9, 20 €), la crème brûlée à la vanille (8, 90 €).

Le baba et sa Chantilly maison

Pour ce repas très classique, un seul et simple verre de l’AOP Morgon, un 2016 du Domaine Foillard, à 6, 40 € le verre et à 33, 80 € la bouteille.

 

Bistrot Valois

1 bis Place de Valois

75 001 Paris

01 42 61 35 04

Ouvert du lundi au samedi de 12 h à 22 h 30

Env. 120 places

 

-->