Balzac et Grandville : une fantaisie mordante

La maison de Balzac expose les amusantes caricatures de Grandville (1803-1847). Des caricatures fantasques et mordantes.

Plusieurs mois de travaux et pour fêter sa réouverture la maison de Balzac expose de fort amusantes caricatures politiques du XIX ème siècle.

Force est de constater que nos dessinateurs actuels ont la plume et le crayon bien muselés, car les affiches, dessins et gravures de Grandville sont nettement plus féroces pour les politiques, le roi, certains membres de la société que les caricatures d’aujourd’hui.

Le peuple tente de fuir une grêle d’objets représentatifs de la répression qualifiés ironiquement d’étrennes !!

Il y avait aussi en ce XIX ème siècle un certain Daumier au dessin mordant sur le genre humain. Grandville a démarré par des caricatures animalières avant de s’intéresser à la nature humaine. Peut-être cette évolution est-elle le fruit de sa grande amitié et admiration pour Balzac.

Le peuple livré aux impôts suceurs dans la grande fosse du budget

Les deux hommes se croisent chez des éditeurs communs et sont amenés à créer ensemble des œuvres satiriques souvent justes et méchantes, parfois poétiques et fantastiques ; toujours amusantes et très créatives.

 

 

 

 

Maison de Balzac

47 rue Raynouard

75 116 Paris

01 55 74 41 80

Jusqu’au 13 janvier 2020

 

 

En ouverture, un cabinet d’histoire naturelle

 

 

 

 

-->