Visite des Ursulines de Jean-Claude Boisset à Nuits-Saint-Georges

De passage en Bourgogne, arrêt passionnant à la maison de vins Les Ursulines de Nuits-Saint-Georges de Jean-Claude Boisset qui vaut tant pour son architecture totalement refaite que pour la qualité de ses vins.

Pommard, Chambolle-Musigny, Marsannay, Vougeot …. Autant de noms qui chantent à l’oreille et titillent les papilles.

J’avais entendu dire qu’après 4, 5 ans de travaux Les Ursulines de Nuits-Saint-Georges, maison de vins Jean-Claude Boisset, s’étaient fait une réelle beauté et qu’elles étaient ouvertes à l’oenotourisme.

Un saut en train jusqu’à Dijon, 1/ 2 heure de voiture et me voilà au cœur de ces enchanteresses vignes bourguignonnes entre deux collines escarpées.

Panorama de la vue sur la maison de vins et le village

L’histoire

L’ordre des Ursulines a été créé en 1535 en Italie avec vocation d’éducation des jeunes filles et d’aide aux malades et aux nécessiteux. Non cloîtrées à l’origine, ces femmes le deviennent au début du XVII ème siècle et ajoutent les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance à leurs vœux ordinaires. A cette époque la France compte plus de 300 maisons d’Ursulines.

En 1634 des Ursulines s’installent à Nuits-Saint-Georges non sans une certaine tiédeur des habitants marqués par les conflits de la Ligue. Leur but est toujours l’instruction et l’enseignement de la doctrine chrétienne aux enfants de la ville. Bientôt s’érigent monastère, salles d’écoles, logements, réfectoires, basse-cour, jardin et verger.

On s’attendrait presque à voir un religieux déambuler dans le promenoir

Comme d’habitude, la révolution de 1789 fait son travail de sape et le couvent est saisi comme bien national. Les 40 Ursulines rejoignent d’autres couvents encore non atteints par la fureur populaire ou leur famille sans pour autant renier leurs vœux.

Divers propriétaires se succèdent rasant les bâtiments du passé religieux pour une transformation, le plus souvent, en caves à tonneaux de vins.

C’est en 1983 que Jean-Claude Boisset achète et sauve le site et ses bâtiments ; mais seule subsiste la maison de la Mère Supérieure. Est entreprise une longue et fort belle restauration pour rendre ses lettres de noblesse à ces lieux majestueux.

Seule la maison de la Mère Prieure a été préservée de la révolution française

Près de 300 ans après l’installation des Ursulines la construction d’une nouvelle cuverie décidée en 2014 s’est achevée à l’automne 2018 ; perdurant grâce à sa forme en cathédrale l’héritage spirituel d’antan.

Les bâtiments

Entouré de vignes, un village typiquement bourguignon avec son église recouverte de tuiles vernissées : tel est Nuits-Saint-Georges. Et on me dit qu’une gigantesque cuverie vient d’y être construite. Pour ma part je ne vois rien, hormis un monticule. Normal, l’édification est hors norme car la cuverie a été posée sur des caves anciennes, les arcs-boutants de cette cathédrale de béton étant les piliers même de la construction. Les caves voûtées s’arrondissent, prennent une ampleur phénoménale, retrouvent une lumière naturelle via le vitrail contemporain et allégorique en feuille de vigne et se finissent par un dôme végétalisé. Pont naturel entre le 18 ème et le 21 ème siècle, le toit de la cuverie, ce dôme, est totalement recouvert de plantations avec des losanges qui reprennent les dessins géométriques des tuiles de l’église. Quelques arbres fruitiers, des pieds de vignes, des framboisiers et des cassissiers, fruits emblématiques de la région, forment ce « jardin sur les toits ». Et si le vin peut vieillir lentement comme autrefois, l’âme peut de nouveau s’élever spirituellement entre terre et ciel.

L’intérieur de la Cuverie et son vitrail

Même l’intérieur des lieux est propice à une certaine spiritualité : jardin entourant certains bâtiments et le promenoir de cloître, fenêtres en forme d’ogives, choix de matériaux bruts, épurés mais nobles et purs. Ici, aucun excès de fioriture en un esthétisme presque monacal afin de mettre en valeur les seuls vins. La maison Boisset entend s’ancrer dans la modernité mais tout en préservant le patrimoine architectural, régional et spirituel de cet ancien couvent.

Des arbres fruitiers ont été plantés pour la biodiversité : ici différentes variétés de pommiers

Les vins

Une des 40 appellations de Boisset

La maison Boisset a un historique plus « Côte de Nuits » que « Côte de Beaune » et à ce titre la production est à 70 % en rouge et 30 % en blanc.

Quelques exemples de bouteilles

Vinificateur et non pas viticulteur, la maison suit les parcelles dont elle achète les raisins et depuis les années 60, Boisset produit l’équivalent de 40 hectares de vignes. Classés au patrimoine de l’Unesco, les ‘climats’ sont bien connus en Bourgogne et la maison Boisset propose de petites cuvées travaillées à la main, des vins sans soufre, des cuvées biologiques, des vins rouges sur des terroirs de blancs et inversement.

Lors de la dégustation, on a même un test avec du vin soutiré à même le fût

Visite guidée et dégustation de 6 vins dont 1 en fût pendant 1 h 15

Quelques trésors existent encore en cave

32 €

5 chemin des Plateaux

21 700 Nuits-Saint-Georges

Réservation au 03 80 62 64 08

 

 

 

 

 

 

Certaines photos fournies par la maison Boisset elle – même

 

 

 

 

 

Share Button
1 Comment
  • M.Bourgie
    Répondre 7 mai 2019 at 15:02

    La Bourgogne est une si belle région

Post a Comment