Le hareng roi à Fécamp

Visite d’une boucane ou ancienne saurisserie, témoignage d’une activité florissante au siècle dernier.

 

Grillé, mariné, fumé, le hareng est de faible prix, de conservation et de transport aisés. C’est pourquoi dès le Moyen Age il s’est érigé en poisson-roi.

Vue globale de la boucane

Vue globale de la boucane

 

Depuis toujours Fécamp a eu une activité portuaire et maritime importante : selon le poisson péché, les marins partaient vers Terre-Neuve, l’Islande et la Mer du Nord pour la morue, l’Irlande pour le maquereau et l’Ecosse, l’Angleterre et la Manche pour le hareng. Sur les quais se retrouvaient les terre-neuviers, les grands vapeurs chargés de sel, les charbonniers et les dundees armés au hareng.

Indispensable gros sel !

Indispensable gros sel !

 

A terre, les boucanes, terme fécampois désignant les saurisseries, assuraient le fumage des poissons. Les 70 établissements de Fécamp concentraient avec Boulogne 93 % de la production harenguière française des années 30.

Les tonneaux de conservation

Les tonneaux de conservation

 

Sur visite spécifique patrimoniale organisée par l’office de tourisme, on peut voir les anciens fumoirs, les claies auxquelles le poisson était suspendu. Entre cordages, pelles en bois et gros sel ; les explications permettent d’appréhender un peu l’activité de la pêche et celle de la transformation du poisson dans la cité portuaire. En effet, on attend depuis près de 10 ans l’ouverture du musée de Fécamp dans l’ancien bâtiment des pêcheries !

Les fumoirs

Les fumoirs

 

Fin novembre ne ratez pas la fête du hareng !

 

02 35 28 51 01

www.fecamptourisme.com

-->
Show Buttons
Hide Buttons