Deux défilés mode : Adeline Ziliox et Aleem Yusuf

Adeline Ziliox, Aleem Yusuf : deux sublimes défilés de mode que j’ai vus pour leur collection automne hiver 2019- 2020.

 

Certains et certaines sont invitées aux défilés Dior, Chanel, Gucci, Hermès ; cela n’est pas mon cas et je n’en tire ni désappointement ni envie.

En effet, partie à la découverte de couturiers moins starisés, j’ai néanmoins vu de réelles merveilles.

Retour sur des journées chargées !

Asymétrie affirmée chez Adeline Ziliox

Adeline Ziliox

Deuxième collection pour la jeune femme qui signe des pièces engagées revendiquant la Slow Fashion.

La créatrice dénonce les ravages de notre société sur les océans et la banquise, est sensible à la sauvegarde des espèces animales et aux changements du climat.

Noir de rigueur pour Adeline Ziliox

Volontairement Adeline Ziliox s’engage pour une mode belle mais respectueuse des ressources de notre planète et des valeurs humaines oubliées face au désir de profits.

Les robes aux dimensions dépareillées (un pan sur une seule jambe par exemple) peuvent être en matières recyclées. Les drapés des robes semblaient crisser sous la neige et les coiffures des mannequins montaient en gâteaux à la Marie Antoinette interrompus quelques cristaux de neige, histoire de montrer que l’Homme heurte la banquise par sa surconsommation.

Aleem Yusuf

Infinie élégance chez Yusuf

D’origine pakistanaise mais vivant en Australie, le jeune Yusuf mêle les couleurs de son pays natal avec le profond bleu océan de l’Australie tout en y ajoutant des élancées de plumes d’autruche, des paillettes aux épaules, des cristaux Swarovski.

Yusuf, un couturier qui embellit la femme

Les tissus sélectionnés proviennent du monde entier et sont d’une richesse que soulignent encore des drapés d’une rare finesse.

On sent enfin un créateur qui a envie de magnifier la femme en respectant les belles techniques d’antan de la haute couture : drapage, plissage, moulage, corsetterie, finition cousue main, broderies précieuses.

On ne peut qu’applaudir ce travail tout en légèreté et finesse. D’ailleurs la salle a fait une ovation à Aleem Yusuf !

-->