Belles bouteilles et accords mets / vins

Tests sur des vins du Château de Chantegrive et différentes bouteilles de Marques & Coop

Je me suis livrée à deux exercices périlleux tant pour les chefs que pour les vins ; à savoir l’appréciation d’un domaine, en l’occurrence le Château de Chantegrive en Bordelais, et celle de diverses cuvées de différents vignerons œnologues réunis en un groupement coopératif, Marques & Coop. Direction Edern, un nouvel établissement proche du haut des Champs Elysées qui a remplacé Citrus et embarquement avec Dutournier près de la place Vendôme en son Carré des Feuillants.

Amusante histoire de celle des Levêque avec Henri qui, visionnaire et amoureux du vin, vend sa collection de timbres et achète en 1966 2 hectares en terroir de Graves. 50 ans plus tard, la 3 ème génération est à la tête du beau domaine de Chantegrive qui compte 96 hectares, parcelles après parcelles ayant été rachetées au cours des années.

Epaule d’agneau confite pomme Agria oignon et jus aux olives

Les mises en bouche (saumon fumé, chèvre en cromesquis) se dégustent sur la cuvée emblématique de la maison, la cuvée Caroline en 2017 et 2015 : belle minéralité et fraîcheur sur une attaque franche sur le fruit (ananas, pamplemousse, mangue, litchi). Préférence pour le 2015 (16, 50 €) car contrairement aux idées établies boire un blanc un peu vieilli lui permet de développer ses arômes. Et poursuite sur le plat principal des crevettes émincées sur un navet daikon dont l’iodé se mariait bien avec ces Sauvignon-Sémillon là.

Les crevettes marinées : parfaite association avec la cuvée Caroline

Tendre à souhait, l’épaule d’agneau confite se laissait boire sur les Chantegrive rouge 2011 et 2013.

Dessert au chocolat et sarrasin

Quelques 5 000 bouteilles seulement sont produites du Cérons, un vin « liquoreux » à 100 % sémillon qui se plait à l’apéritif, sur du foie gras ou des pâtes bleues fromagères. Le Cérons 2015 (30 €) mettait en valeur ici un crémeux de chocolat noir et sa glace au sarrasin.

Le beau rouge 2011 de Château de Chantegrive

www.chantegrive.com

Chez le talentueux Alain Dutournier, place à une pépinière de talents avec 4 000 viticulteurs et 30 000 hectares représentés par leurs marques et leur appartenance à Marques & Coop, un club coopératif.

Sur une quenelle de St Jacques sauce homardine, une proposition coopérative de la région lyonnaise avec Agamy, une cave forézienne, une cave des coteaux du Lyonnais et une dernière de vignerons de Bully et Quincié en Beaujolais, qui présentait le bon rapport qualité / prix d’un Juliénas, Les Perdrix 2017 Louis Tête à 8, 20 €. Et bel accord aussi avec l’Union des Vignerons de l’Ile de Beauté avec le Corse blanc, Prestige du Président 2017 en cépage 100 % Vermentinu à 9, 90 €.

Le Juliénas pour les saveurs iodées marines

Une poularde façon belle Aurore foie gras et ris de veau s’associait parfaitement avec l’Union de Producteurs de St Emilion et le grand cru Aurelius 2016. C’est là une production de 20 000 bouteilles par an en un assemblage de 85 % de Merlot et de 15 % de Cabernets provenant de vignes âgées de 45-50 ans en moyenne (24, 95 €).

La poularde de Dutournier

Fin du repas en beauté avec des fraises des bois en pavlova, sorbet à la rose et gelée de litchis servies sur un Estandon Zénith 2017 (14, 80 €), un rosé des Côtes de Provence (trop sur le fruit) ;

Pavlova de fraises des bois

alors que le Crémant de Limoux (testé à l’apéritif) Toques et Clochers 2013 aurait été nettement préférable. Seules 3 700 bouteilles de cet assemblage Chardonnay à 70 %, Chenin à 20 % et Mauzac à 10 % ont été produites après un élevage de 48 mois sur lattes. Une belle bouteille de Sieur d’Arques, la société coopérative des Producteurs de Limoux (29 €).

Sieur d’Arques Crémant de Limoux Toques et Clochers en son édition limitée 2013

www.marquesandcoop.com

 

Share Button
1 Comment
  • Tornu
    Répondre 28 janvier 2019 at 19:22

    Belles photos

Post a Comment