Aux Lyonnais

Encore une reprise par le groupe d’Alain Ducasse ! A croire que le chef multi étoilé entend sauver toutes les vieilles adresses emblématiques de la capitale (Benoît, Rech, Allard). On lui en est bien reconnaissant : quelle tristesse en effet, quand une maison parfois centenaire s’éteint comme un vieux four !

 

Cette reprise d’Aux Lyonnais depuis octobre 2012 est à célébrer car contrairement à certains autres lieux (Allard) elle est réussie : un cadre maintenu, mais de charme malgré son âge ; une cuisine réellement lyonnaise, néanmoins légèrement revisitée et allégée.

L’emplacement : à quelques mètres de la Bourse, proche des grands boulevards et de Drouot & Grévin, dans une petite rue calme loin des encombrements intempestifs et voisins des voitures.

Ambiance et déco "bouchon lyonnais"

Ambiance et déco « bouchon lyonnais »

 

Le cadre : celui d’un bistrot lyonnais plus élégant et moins rustique qu’un bouchon. Mais l’authenticité d’antan est omniprésente et rappelle fréquemment la création en 1890 de cet établissement. S’y ajoute une atmosphère « bouchon lyonnais » : un comptoir encore en zinc et étain ; à l’opposé des appareils à capsules, une vieille machine à café dégageant de la vapeur ; des sautoirs et cocottes en fonte, témoins de lentes cuissons de grand-mère ; des boiseries crème surannées ; de grands miroirs pour donner de la profondeur aux salles ; des motifs floraux et des faïences métro en un style Art Déco Art Nouveau ; des arts de la table peu raffinés avec couverts dépareillés et gros verres facettés sur fond de chemin de table à vichy rouge.

 

La cuisine : régionale autour des spécialités et des plats phare de la gastronomie lyonnaise en préconisant bien sûr les produits de terroir. Les plats traditionnels concoctés pour le plus grand plaisir des gourmets par les mythiques mères lyonnaises sont à la carte selon leur saisonnalité : « pot de la cuisinière lyonnaise », écrevisses et grenouilles des Dombes, volailles fermières, foie de veau en persillade, tarte et île flottante aux pralines roses.

Le boeuf de Mézenc jusqu'à la fin juillet

Le boeuf de Mézenc jusqu’à la fin juillet

 

L’entrée : la planche de charcuteries est généreuse et conviviale ; mais y a-t-il un intérêt à aller au restaurant pour choisir un plat non travaillé ? Optez de préférence pour l’œuf mollet  aux écrevisses & asperges vertes & mouillettes aillées ou pour le velouté de petits pois et ses ravioles de faisselle (17 et 16 €).

 

Le plat principal : un classique de la cité des Gaulles avec la proposition des quenelles sauce Nantua. Elles sont bien gonflées, la sauce abondante et crémeuse à souhait (26 €). Le boudin noir et ses oignons au vinaigre est un incontournable mais il faut un bel estomac pour le supporter (24 €). Jusqu’à la fin juillet, si vous êtes selon le jargon un « viandard », vous serez heureux car une belle viande de bœuf AOC, celle du « fin gras de Mézenc », a été sélectionnée. Les bêtes se nourrissent de foin et d’herbes du plateau de Mézenc situé entre l’Auvergne et l’Ardèche ; d’où la belle qualité de viande qui est persillée, tendre et goûteuse. Rôtie, avec lardons et pommes grenailles, les pièces de bœuf sont proposées selon les arrivages.

 

Le dessert : sans hésitation la tarte et l’île flottante aux pralines roses. Elles sont tout en finesse alors que la marjolaine au chocolat de la manufacture parisienne est lourde et vraiment un dessert hivernal. En revanche, beaucoup de fraîcheur et de légèreté dans la crème au citron et son arlette croustillante.

La praline rose à l'honneur en tarte et île flottante

La praline rose à l’honneur en tarte et île flottante

 

Les vins : une préférence toute normale et justifiée pour l’axe Bourgogne-Lyonnais-Vallée du Rhône. Ouvrez vous l’appétit avec un Bugey Cerdon Domaine Renardat Fache (vin rosé effervescent) à 6 € la coupe.

Le Chablis Domaine Garnier 2012 est servi au verre à partir de jéroboam à 9 € le verre et 40 € la bouteille de 75 cl. E rouge le Côtes du Rhône Villages Chusclan – Combe d’Enfer – Château Signac à 40 € la bouteille peut accompagner tout votre repas.

 

Aux Lyonnais

32 rue Saint  Marc

75002 Paris

01 42 96 65 04

photos de Pierre Monetta

 

 

-->
Show Buttons
Hide Buttons