Ain : 4 villes à visiter et une maison du bonheur où séjourner

Vonnas, Châtillon sur Chalaronne, Pérouges, Trévoux : 4 noms, 4 villes aux charmes différents mais indéniables et Le Clos du Chêne, un hôtel-chambres d’hôtes permettant la visite de ces lieux.

Vonnas ou le village Georges Blanc

Le restaurant gastronomique de Georges Blanc

Le restaurant gastronomique de Georges Blanc

Entre la Dombes riche en poissons et en grenouilles, les fermes élevant de merveilleuses volailles dont le poulet AOC, le vignoble du Bugey ; l’Ain est un pays riche en produits alimentaires de terroir. Qui dit haut lieu de gastronomie dit nécessairement tables de prestige. Un des meilleurs ambassadeurs de la cuisine régionale est Georges Blanc.

L'intérieur de la "rôtisserie" Blanc

L’intérieur de la « rôtisserie » Blanc

Reprenant une tradition familiale depuis plus de 130 ans, Georges Blanc a obtenu 3 étoiles en 1981 et conserve ce titre depuis plus de 30 ans. Outre le restaurant gastronomique, le village de Vonnas est devenu le village gourmand Blanc : hôtel, brasserie, boutique, chambre d’hôtes, spa, jardin. Une simple cuisse de poulet à la broche ou le poulet aux morilles et à la crème version 3 étoiles : la cuisine est ici reine !

Restaurant Georges Blanc

01 540 Vonnas

04 74 50 90 90

Un des premiers bâtis de la place totalement rénové : la limonaderie d'antan

Un des premiers bâtis de la place totalement rénové : la limonaderie d’antan

Châtillon sur Chalaronne pour ses ponts fleuris et ses halles

Un des ponts de Châtillon sur Chalaronne

Un des ponts de Châtillon sur Chalaronne

Normale que Châtillon soit labellisée « quatre fleurs », car cette bourgade aux ruelles pavées et aux maisons à pans de bois charme surtout par ses nombreux petits ponts fleuris. Près de 30 000 bulbes sont plantés chaque année et 8 ponts chargés de jardinières surplombant La Chalaronne ont permis à la ville de se faire appeler la Venise de la Dombes. Ne pas manquer l’église st André du XIII ème siècle, les halles en bois de 1440, le painillon, petit pain amandé et safrané dont la recette a été reprise par Cyrille Vernoux, le pâtissier.

Si Ars sur Formans n’est pas bien loin et attire près de 500 000 pèlerins venant rendre hommage au bon curé d’Ars, Châtillon a aussi son religieux mythique en la personne de Saint Vincent de Paul, habitant et fondateur ici de la première confrérie des Dames de la Charité.

Les halles où se tient le marché

Les halles où se tient le marché

Office de tourisme de Châtillon sur Chalaronne

04 74 55 02 27

 Pérouges la médiévale

Quel bonheur que rien d’important ne se soit passé à Pérouges ! C’est « la » raison pour laquelle la cité n’a pas été touchée. N’ayant pas de réels intérêts stratégiques, Pérouges n’était pas un enjeu patrimonial et la belle s’est endormie gentiment sur son promontoire rocheux. Votre guide vous le dira : Pérouges a ainsi pu conserver toute son authenticité médiévale. Au cours du XX ème siècle, elle s’est rénovée partiellement mais n’a pas été reconstruite comme cela est trop souvent le cas.

Une grande pureté et austérité pour l'église de Pérouges

Une grande pureté et austérité pour l’église de Pérouges

A l’intérieur des remparts qui ceinturent et délimitent l’actuelle cité, c’est l’habitat des 15 et 16 ème, siècles de sa prospérité, qui domine avec de belles et solides maisons en pierre, briques et colombages ouvrant sur des ruelles pavées. L’architecture de la fin du Moyen Age prévaut sans qu’aucune influence de territorialité ne l’emporte. En effet, dans cette région entre Lyon et Genève, Pérouges a été dauphinoise en 1300, savoyarde en 1345 et française en 1601 !

A Pérouges il faut se promener sans but précis pour admirer les façades en évitant de se tordre les pieds sur les galets. L’église Ste Marie Madeleine, église forteresse intégrée dans les fortifications même, impressionne par sa grande sobriété et sa taille qui laisse présumer de l’importance de la cité au 15 ème siècle (env. 1 500 habitants pour les 80 actuels).

Escarpées, pavées à l'ancienne les ruelles de Pérouges

Escarpées, pavées à l’ancienne les ruelles de Pérouges

On doit à Edouard Herriot, le maire de Lyon, le sauvetage en 1911 de Pérouges. La réhabilitation a été lancée et dès la fin de la seconde guerre mondiale des efforts importants ont été entrepris pour conserver, protéger l’ambiance médiévale : ici ni antenne TV, ni fil électrique, ni compteur à gaz visibles. Ce type de verrues est caché, enterré : un vrai luxe artistique.

Maisons médiévales de Pérouges

Maisons médiévales de Pérouges

Office de tourisme de Pérouges

04 74 46 70 84

Trévoux entre parlement et artisans

A l’opposé de sa consœur précédente, Trévoux a une histoire riche car elle a été la capitale du pays de Dombes pendant 2 siècles. Au XIII ème siècle, les terres de Dombes détenues par 2 grandes familles passent sous l’autorité des Bourbon. François 1er confisque les terres au Connétable de Bourbon et dote la ville d’un conseil de justice, futur parlement de Dombes. De 1560 à la Révolution la ville de Trévoux affirme une souveraineté indépendante, s’organise en petit Etat ayant le droit de frapper monnaie.

L’âge d’or de la ville est au XVII et XVIII ème siècles sous le règne de la duchesse de Montpensier et du duc de Maine, qui fait ériger le palais du Parlement en 1696.

Vue générale sur Trevoux

Vue générale sur Trevoux

Une balade d’une heure permet d’admirer les restes architecturaux : donjon octogonal du château fort, la maison des Sires de Villars aujourd’hui office de tourisme, la tour médiévale de l’hôpital Montpensier. Du grand pont surplombant la Saône, on a une belle vue sur les trois méandres du fleuve.

Le Parlement de Trévoux

Le Parlement de Trévoux

 

Depuis 2013, la volonté de la mairie a été d’attirer des artisans d’art en facilitant financièrement leur installation. Des ateliers de dorure à la feuille, de sculpture sur pierre, de luth & harpe, de peinture, de tapisserie décoration s’ouvrent ainsi, le plus souvent tenus par des femmes. La Rue des Arts présente donc une palette de talents artistiques, de savoir-faire variés ouverts au grand public.

La beauté des plafonds peints du Parlement

La beauté des plafonds peints du Parlement

Office de tourisme de Trévoux

04 74 00 36 32

Le Clos du Chêne : un hébergement atypique

En place d’un hôtel classique sans âme ni chaleur, préférez cet établissement séduisant tant par la gentillesse de ses propriétaires que par la qualité de ses installations modernes dans un cadre respectant les caractéristiques architecturales des grosses fermes auberges locales. Calme, s’ouvrant sur un jardin qui descend doucement vers une rivière ; Le Clos du Chêne est un établissement 4 étoiles plus proche de la chambre d’hôtes que de l’hôtel impersonnel. Le chemin de halage, le sauna, la piscine, le terrain de boules, la bibliothèque sont à votre disposition pour un moment de détente.

Le Clos du Chêne et son jeu de boules

Le Clos du Chêne et son jeu de boules

Chaque chambre est différente de sa voisine. Là une armoire Louis XIV, plus loin une commode Louis XVI, partout des bibelots chinés ; mais en aucun cas de vieilles pièces Toile de Jouy et lits à baldaquin brinquebalant !!

Arrivée sur la propriété du Clos du Chêne

Arrivée sur la propriété du Clos du Chêne

Le matin un petit déjeuner pantagruélique fait maison vous permettra de poursuivre votre périple touristique.

L'entrée ne ressemble pas à celle d'un hôtel et tant mieux !

L’entrée ne ressemble pas à celle d’un hôtel et tant mieux !

Le Clos du Chêne

370 chemin du Carre

01 600 Saint Bernard

04 74 00 45 39

www.ain-tourisme.com

visuels des divers offices de tourisme et de G. Perret

 

 

 

 

Post a Comment

-->
Show Buttons
Hide Buttons